21 mai 2009

Vol. 08 - 1999 No. 20 (01 juin 1999)


International

DE CRÉER UN ORGANISME DE SURVEILLANCE DES MÉDIAS

Selon l’Association des reporters de Thaïlande (RAT), l’Institut d’études sur la liberté de circulation de l’information (ISAI), d’Indonésie, qui appartiennent tous deux à la nouvelle “Southeast Asian Press Alliance” [Alliance de la presse de l’Asie du Sud-Est], la SEAPA a annoncé le 22 mai son intention de commencer à surveiller les conditions de travail des journalistes dans la région, à partir d’un bureau situé à Bangkok. La SEAPA envisage d’étendre aux dix pays de l’Asie du Sud-Est un réseau de contacts qui surveillerait les agressions contre les journalistes et qui combattrait les violations de la liberté des médias. “Il est temps que les journalistes d’Asie travaillent ensemble à bâtir la liberté de la presse”, a déclaré le président du nouveau groupe, Kavi Chongkittavorn, directeur général du quotidien en langue anglaise de Bangkok “The Nation”. “Il nous incombe de nous défendre contre les agressions et les menaces”. La SEAPA a été constituée lors d’une conférence à Bangkok en novembre dernier. Elle rassemble des groupes des Philippines, de Thaïlande et d’Indonésie. Le conseil d’administration de la SEAPA a déclaré que la nouvelle association axerait sa recherche sur “les lois sur la presse, l’accès à l’information et l’éthique journalistique, et [qu’il] s’intéresserait plus particulièrement à étendre l’horizon de la liberté d’expression

Autorité palestinienne

LES AUTORITÉS CENSURENT, LES JOURNALISTES S?AUTOCENSURENT

Reporters sans frontières (RSF) et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ)

Chine

DES JOURNALISTES SE SOUVIENNENT DE LA PLACE TIAN?ANMEN

Selon Reporters sans frontières (RSF), au cours des dix années qui se sont écoulées

Pakistan

LES JOURNALISTES SONT HARCELÉS PAR LES AUTORITÉS

Dans le sillage du harcèlement que subissent depuis plusieurs mois les journalistes du

International

D?EXPRESSION AU NIGÉRIA; DÉCÈS D?UN JOURNALISTE

Au Nigéria, les journalistes voient l’élection du Président Olusegun Obasanjo, qui est entré en fonctions le 29 mai, d’un œil où se mêlent l’optimisme et le doute. C’est du moins ce que signale le Centre du journalisme indépendant (IJC) dans “4th Estate”, un nouveau magazine bimensuel publié avec la collaboration d’un groupe appelé “Journalists for Democratic Rights” [Journalistes en faveur des droits démocratiques] (JODER). Le magazine, publié avec le soutien, entre autres, de la Fédération internationale des journalistes (FIJ), se donne pour mission de “signaler toutes les infractions à la liberté d’expression, d’opinion, d’association et à la liberté des médias au Nigéria”. Dans l’éditorial du premier numéro, le directeur Tony Iyare déclare que la revue entend “tout mettre en œuvre pour remplir sa mission [qui est] de galvaniser les médias pour qu’ils répliquent à toutes les politiques dictatoriales qui entravent la liberté