28 septembre 1999

APPELLE À UNE PLUS GRANDE LIBERTÉ DES MÉDIAS EN ÉTHIOPIE


Les délégués à la Conférence sur le développement des médias en Éthiopie, qui s’est tenue les 24 et 25 septembre à Addis Abeba, ont lancé un appel aux journalistes et au gouvernement éthiopien et à ses fonctionnaires, de même qu’à la communauté internationale, pour qu’ils contribuent tous à instaurer un climat favorable à la liberté d’expression dans le pays. Lors de la conférence, qui était organisée par l’Institut international de la presse (IIP), les délégués ont prié le gouvernement et les
fonctionnaires d’ “accepter le rôle de la presse comme chien de garde de l’intérêt public et d’accepter que la presse, qu’elle soit privée ou propriété gouvernementale, a le droit d’accéder à l’information,
comme le prévoit la Constitution”. Les participants à la conférence ont également appelé le gouvernement éthiopien à appuyer les médias indépendants et à ouvrir au débat public toutes les propositions de révision de la loi sur la presse.

Les délégués ont aussi demandé que le pouvoir judiciaire tienne compte des droits des médias lorsqu’il prononce des condamnations contre les représentants de la presse, de façon à éviter de créer “un climat peu rassurant pour la société en décourageant les représentants de la presse d’exprimer leurs opinions”. L’IIP rapporte que “pour la cinquième année d’affilée, il y a plus de journalistes en prison en Éthiopie que dans n’importe quel autre pays d’Afrique. Depuis 1993, plus de 200 journalistes ont été emprisonnés pendant au moins trois mois. Le nombre des journaux et des revues privés est passé de 287 à 65. En outre, un certain nombre de journalistes ont été assassinés, sont disparus ou sont morts en prison.”

Les participants à la conférence se sont engagés à “améliorer les relations entre l’État et les médias indépendants et à collaborer dans les domaines de préoccupation commune”, ajoute l’IIP.
Ils ont invité tous les représentants des médias de l’Éthiopie à adhérer à un code strict d’éthique professionnelle et à s’autoréglementer pour en appliquer les normes. La dernière résolution de la
Conférence a porté sur un appel à la communauté internationale, pour qu’elle appuie les médias d’État et les médias indépendants par une meilleure formation et un soutien matériel et financier.