30 novembre 1999

POUR LES JOURNALISTES EN DANGER EN BOSNIE-HERZÉGOVINE


La mission en Bosnie-Herzégovine de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe
(OSCE) a instauré une ligne téléphonique de secours pour les journalistes en danger.
L’“International Center for Journalists” (ICFJ) a annoncé la nouvelle dans sa publication
“International Journalist Network” (IJNet). La mission de l’OSCE vise à surveiller les risques de
violations auxquelles s’exposent les journalistes dans la région. La mission de l’OSCE demande à
tous les journalistes “qu’on a menacés, intimidés, harcelés ou privés de leurs droits” de
communiquer avec la mission par la ligne de secours, au +387 71 292 228 ou, par courrier
électronique, à freemedia@oscebih.org. L’OSCE souligne que “les demandes de confidentialité
seront respectées”. On trouvera plus de renseignements sur la ligne de secours en s’adressant à
Tanya Domi, à l’OSCE, au +387 71 292 222 ou au +387 90 144 311.

Selon l’“Institute of War & Peace Reporting” (IWPR) [Institut de reportage sur la guerre et la
paix], quarante journalistes ont été attaqués cette année seulement en Bosnie; les agressions “se
sont intensifiées avec le début, en mars, des bombardements des forces de l’OTAN sur la Serbie”.
L’IWPR signale aussi que la Republika Srpska s’est révélée la région la plus dangereuse pour les
journalistes. Il s’agit de la portion de la Bosnie contrôlée par les Serbes. En réponse à toutes ces
menaces, un large éventail de journalistes a organisé le 12 novembre dernier une table ronde pour
discuter de la sécurité des journalistes en Bosnie.