27 août 2003

Alerte

Pressions sur le journal "Le Matin"


Détails de l'incident

Mohammed Benchicou

Disponible en :

English Français
(RSF/IFEX) - RSF s'inquiète des pressions exercées par la police algérienne à l'encontre du quotidien algérien "Le Matin" et de son directeur Mohammed Benchicou.

Contacté par téléphone par l'organisation le 25 août 2003, Benchicou a déclaré que la police n'avait établi aucun procès-verbal lors de la fouille à laquelle il avait été soumis à l'aéroport, le 23 août. Le directeur du journal "Le Matin" a dit être convoqué par la police judiciaire et "craindre d'être arrêté dans les prochains jours". Selon lui, les autorités auraient l'intention de faire fermer le journal. Le 25 août, des policiers auraient ordonné au directeur de la banque du journal de ne pas établir le dernier chèque certifié dont "Le Matin" a besoin pour finir de payer ses dettes auprès des imprimeries d'État. Benchicou a ajouté que le journal s'était déjà acquitté des trois quarts des sommes dues.

À de très rares exceptions près, l'ensemble des journaux algériens ne publient pas leur bilan annuel ni leur tirage quotidien. Ce manque de transparence est instrumentalisé par les autorités qui exploitent sciemment les failles de la presse algérienne dans le but de l'intimider et de la censurer. La loi existe. Pourtant, la plupart des journaux ne l'observent pas et les autorités ne font pas respecter la loi, laissant s'instaurer une situation de non-droit propice à toutes sortes de manipulations, de chantages et de pressions. Les imprimeries d'État ont fait preuve d'un laxisme volontaire en ne réclamant pas pendant longtemps le paiement des factures et abusent aujourd'hui de leur pouvoir pour empêcher certains titres de paraître.

À ce règne du non-droit et de l'arbitraire, préjudiciable pour la liberté de la presse, vient s'ajouter le climat délétère d'une campagne pour l'élection présidentielle de 2004 engagée de manière très anticipée.

Plusieurs titres de la presse algérienne ont cessé de paraître depuis que les imprimeries d'État ont lancé un ultimatum à six journaux, leur réclamant de s'acquitter de leurs dettes parfois très élevées. "Liberté" et "El-Khabar" ont payé et sont imprimés. En revanche, "Le Matin", "Le Soir d'Algérie", "L'Expression" et "Er-Raï" ne sont plus imprimés depuis le 18 août. Depuis dix jours, ils sont donc absents des kiosques.



Source

Reporters sans frontières
47, rue Vivienne
75002 Paris
France
rsf (@) rsf.org
tél: +33 1 44 83 84 84
téléc: +33 1 45 23 11 51
Algérie
 
Plus d'informations : Algérie