6 juillet 1999

APPEL À UNE JOURNÉE D?ACTION LE 8 JUILLET


L’Institut des médias d’Afrique australe (MISA) a demandé à des collègues de partout
dans le monde de souligner le 8 juillet comme journée d’action en Angola. Le MISA est
très inquiet face à la détérioration apparente de la situation des artisans des médias en Angola, où les journalistes n’ont toujours pas de recours pour faire respecter leurs droits fondamentaux. En dépit du fait que la Constitution du pays prévoit la liberté d’expression et celle de la presse, dit le MISA, et en dépit du fait que l’Angola a ratifié les traités internationaux qui garantissent ces droits, aucun tribunal n’a, à l’heure
actuelle, de compétence en matière constitutionnelle.

Le MISA soutient que l’action sur l’Angola devrait être dirigée vers le gouvernement et
devrait inclure un appel à la mise en œuvre rapide de la Cour constitutionnelle, qu’il
s’était engagé à créer. Maintenant que l’ONU et l’Angola se sont entendues sur une
présence réduite des Nations Unies dans le pays, le MISA estime que l’action devrait
aussi viser l’organisation internationale. Le MISA suggère d’envoyer des lettres aux
représentations diplomatiques de l’Angola ou de s’adresser directement au chef de l’État et aux représentants de l’Angola aux Nations Unies. Il demande aussi de viser les médias de manière à donner davantage de visibilité aux questions soulevées concernant l’Angola. Le MISA rendra publique une chronologie détaillée des incidents qui affligent les médias depuis le début de l’année, ainsi qu’une lettre adressée aux différentes parties en cause, que les organisations sont invitées à signer conjointement.



Angola
 
Plus d'informations : Angola