Les alertes de l’IFEX

Format standard pour la création d’alertes efficaces


Vous trouverez ci-dessous l'information standard pour la rédaction des alertes de l'IFEX:

1. Où et quand
• Lieu, date et heure de la violation.

2. Type de violation
• Par exemple: attaque, arrestation, agression, sentence, harcèlement, censure, interrogation, amende, fermeture, licenciement, menace de mort, etc.

3. Victime
• Nom de la personne, de la publication ou de la cible, quelle qu’elle soit.
• Identification de la victime (universitaire, caméraman, directeur de publication, défenseur des droits de la personne, photographe, éditeur, etc.) ou autre type de cible (livre, magazine, journal, organisation, station de radio, etc.)
• Nationalité de la victime, en particulier si elle travaille à l’étranger.
• Si la cible est une entreprise de presse ou une publication, quelle est sa fréquence de publication? Qui le possède et/ou le publie-t-il? A-t-il une affiliation politique?
• Si la victime était une femme, a-t-elle été traitée différemment à cause de son sexe ?

4. Partie contrevenante (si cette information est connue)
• Qui est responsable de la violation? Par exemple: police ou forces de sécurité,
ministère du gouvernement, rebelles armés, foule en colère, etc.
• Y a-t-il quelque indication que le sexe de la victime ait constitué un facteur de la violation?

5. Cause probable
• Circonstances ayant conduit à la violation, p. ex. article, enquête, affiliations politiques.
• L’agression peut-elle être liée au métier de journaliste ou à la liberté d'expression?
• Autres précisions sur le cas, p.ex. la victime a-t-elle commis un acte de violence qui explique les charges contre elle?

6. Justification officielle
• Quelles sont les raisons, juridiques et autres, offertes pour expliquer la violation?
• Quelles justifications la partie contrevenante offre-t-elle?
• En cas de poursuites judiciaires, quelles en sont les implications (longueur des procédures, condamnation probable, etc.
• Quel est l’encadrement juridique utilisé? Comment se compare-t-il au droit national, régional ou international, aux déclarations et autres ententes?
• Y a-t-il d'autres facteurs qui empêchent la victime de chercher des recours ou de faire un suivi ?

7. Autres questions
• Si la victime est détenue, a-t-elle accès à un avocat, à sa famille, etc.?
• Y a-t-il des questions médicales pressantes?
• Si une publication est interdite, ses biens sont-ils confisqués, endommagés, etc.?

8. Adressez-vous à un lectorat international
• Définissez les termes que vous utilisez • évitez les expressions argotiques
• Choisissez des mots qui seront compris dans le monde entier, pas seulement dans votre propre pays
• Indiquez les noms complets des organisations politiques, mouvements, etc., en plus des acronymes

9. Longueur
• La plupart des alertes ne devraient pas dépasser une page en longueur – 5-6 paragraphes au maximum (les rapports spéciaux constituent une exception à cette règle)
• Expliquez clairement et de manière concise les faits importants
• Limitez au minimum nécessaire la contestation de l’organisme – une brève citation de la source ou de l’organisme suffira

10. Vérification des faits
• Citez la source originale pour légitimer les faits
• Vérifiez vos informations • assurez-vous que vos données sont exactes afin d’éviter les erreurs, qui peuvent avoir de graves conséquences


Indiquez les actions recommandées (le cas échéant)

Action recommandée

• Les actions recommandées devraient aller au delà des protestations et inclure des stratégies de pressions sur un contrevenant.
• On doit mentionner explicitement les autres actions susceptibles de faire pression sur un contrevenant.

Où envoyer les appels

• Toujours inclure les noms, les adresses et surtout les numéros de télécopieur des fonctionnaires du gouvernement ou des organisations non gouvernementales appropriées avec qui communiquer.
• Qui devrait recevoir des copies des lettres de protestation (partis d’opposition, autres médias, etc.)


Ce dont vous devez vous souvenir

Source

• Indiquer ses sources (collègues, famille de la victime, témoins, avocats, reportages, organisations de défense des droits de la personne, etc.) et vérifier l’authenticité des faits.
• Si possible, trouver une source indépendante. Préciser si la source est confidentielle et indiquer sa confiance en cette source.

Questions de sécurité

• La distribution d’informations devrait-elle être restreinte?
• Y a-t-il des actions particulières que les lecteurs de l’alerte doivent éviter?

Suivi

• Rappelez-vous d’assurer le suivi qui convient au cas, et d’inclure dans une mise à jour d’alerte toute information significative, dès qu’elle devient accessible.

Distribution

• Comment l’alerte devrait-elle être distribuée? Y a-t-il quelque restriction à envisager?