1 décembre 2004

Le Parlement dépénalise les délits de presse


Disponible en :

English Français
(RSF/IFEX) - RSF salue l'adoption par le Parlement centrafricain de transition, le 25 novembre 2004, d'une loi supprimant les peines de prison ferme pour l'ensemble des délits de presse, faisant ainsi entrer la République centrafricaine (RCA) dans le cercle des pays d'Afrique qui ne veulent plus jeter leurs journalistes en prison.

"Les journalistes centrafricains peuvent être fiers d'avoir su mener à bien, par des moyens pacifiques, cette lutte indispensable à la construction d'une démocratie digne de ce nom, a déclaré RSF. Les citoyens, les journalistes, les hommes politiques et les gouvernements de la RCA vont bien vite en tirer les bénéfices, en terme de sécurité, de liberté et de respectabilité".

"Nous exhortons le président François Bozizé à ne pas faire obstacle à cette victoire de la démocratie et à promulguer le texte dans les meilleurs délais", a ajouté l'organisation.

Le texte, très contesté, qui régissait jusque-là les médias centrafricains avait été adopté en 1998. Il prévoyait des peines de prison ferme pour les délits de "diffamation" ou de "publication de fausses nouvelles". En 2002, les députés de l'Assemblée nationale de l'époque avaient refusé de mettre une réforme de ce texte aux voix et avaient conservé la législation répressive de 1998.

Le tollé soulevé par l'affaire Maka Gbossokotto, dans le courant de l'été 2004, a sans doute achevé de convaincre le président Bozizé qu'il était urgent de réformer le code de la presse. Arrêté le 8 juillet, le directeur de publication du quotidien indépendant "Le Citoyen" et correspondant de RSF, avait passé un mois en prison sur la base d'une plainte en diffamation d'un proche du Président (consulter des alertes de l'IFEX du 9 août, 21 et 9 juillet 2004) . Après un mois de détention dans des conditions déplorables, Gbossokotto avait finalement été condamné à un an de prison avec sursis et 500 000 francs CFA (environ 1 000 $US ; 760 euros) d'amende pour "injures publiques".

Son arrestation et son incarcération avaient suscité de nombreuses protestations, notamment du Groupement centrafricain des éditeurs de la presse privée et indépendante (Geppic), qui avait suspendu la parution de tous ses titres entre le 12 et le 19 juillet. Après sa libération le 8 août, il était devenu l'un des animateurs les plus actifs du Geppic et de l'Union des journalistes de Centrafrique (UJCA), exigeant du gouvernement une réforme du code de la presse, comme le Président l'avait promis en accédant au pouvoir. Le Geppic avait notamment institué une "journée sans journaux" tous les vendredis jusqu'à ce qu'il obtienne gain de cause (consulter l'alerte du 5 octobre 2004).



Source

Reporters sans frontières
47, rue Vivienne
75002 Paris, France
rsf (@) rsf.org


Fax:+33 1 45 23 11 51
République centrafricaine
 
Plus d'informations : République centrafricaine