24 mars 2003

Le journaliste et poète Raúl Rivero arrêté


Détails de l'incident

Raúl Rivero

arrested

Disponible en :

English Français Español

(RSF/IFEX) - Ci-dessous, un communiqué de presse de RSF daté du 21 mars 2003 :


Une vingtaine de journalistes indépendants arrêtés dont le journaliste et poète Raúl Rivero


Le gouvernement profite de la guerre en Irak pour mener une vague de répression sans précédent. Reporters sans frontières demande à l'Union européenne de donner "un signe fort" en gelant l'examen de la demande d'adhésion cubaine aux accords de Cotonou.


Raúl Rivero, poète et directeur de l'agence clandestine Cuba Press et lauréat du "Prix Reporters sans frontières - Fondation de France 1997", a été arrêté le 20 mars 2003, à La Havane. Son domicile a fait l'objet d'une perquisition de plusieurs heures. Cette interpellation survient dans le cadre d'une vague d'arrestations dans les milieux de la dissidence déclenchée le 18 mars par les autorités cubaines. Selon les derniers bilans, au total une vingtaine de journalistes indépendants ainsi qu'une trentaine de dissidents (opposants, défenseurs des droits de l'homme) ont été arrêtés.


"Avec l'arrestation de Raúl Rivero, véritable figure de la presse indépendante cubaine, la répression franchit un nouveau seuil", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières. "Indiscutablement, les autorités Cubaines profitent de la guerre en Irak pour réprimer dans l'indifférence. A Cuba, les droits de l'homme constituent ainsi les premiers dommages collatéraux de la deuxième guerre du Golfe. Ils pourraient bientôt le devenir dans d'autres pays", s'est inquiétée l'organisation.


"Nous vous demandons de geler l'examen de la demande d'adhésion cubaine aux accords commerciaux de Cotonou", a également écrit Robert Ménard dans une lettre adressée à Poul Nielson, commissaire européen au Développement. "Il est nécessaire que l'Union européenne exprime, par un signe fort, qu'elle ne tolérera pas la vague de répression actuelle. L'Union européenne doit surtout être cohérente avec elle-même alors que l'approfondissement de ses relations avec Cuba dépend officiellement du respect des droits de l'homme dans ce pays et que le Parlement européen a remis le Prix Sakharov des droits de l'homme au dissident cubain Osvaldo Paya, en décembre dernier", a souligné Reporters sans frontières.


En janvier 2003, Cuba a présenté une demande d'adhésion aux accords de Cotonou, qui permettent à 77 pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Groupe ACP) de bénéficier d'une aide économique et d'un régime de préférence commerciale de l'Union européenne.


Le 20 mars, Raúl Rivero a été arrêté à La Havane et son domicile a été perquisitionné. Selon les sites nuevaprensa.org">http://www.nuevaprensa.org">nuevaprensa.orget cubanet.org,">http://www.cubanet.org">cubanet.org,qui diffusent les articles des journalistes indépendants interdits dans leur pays, une vingtaine d'entre eux ont été arrêtés depuis le 18 mars alors que les dernières estimations font état d'une cinquantaine de dissidents arrêtés, au total, depuis trois jours.


Ces derniers sont accusés d'être des "traitres" et des "employés à la solde" de James Cason, le chef de la Section des intérêts américains, la représentation officielle des Etats-Unis à La Havane, lui-même accusé par le gouvernement de mener des activités subversives. Un communiqué publié par le quotidien officiel Granma le 19 mars informait que les dissidents seront jugés. Ils risqueraient jusqu'à vingt ans de prison.


Cette vague d'arrestations met un terme à une période de relative tolérance dont semblait bénéficier la presse indépendante cubaine depuis quelques mois. Profitant de cette accalmie, plusieurs journalistes avaient lancé, en décembre 2002, la revue De Cuba (disponible sur www.rsf.org),">http://www.rsf.org">www.rsf.org),premier défi au monopole d'Etat sur l'information depuis dix ans. L'arrestation de Ricardo González, directeur de De Cuba et correspondant de Reporters sans frontières, met ponctuellement un terme à l'existence du bimestriel dont le deuxième numéro était sorti le 27 février dernier.


Raúl Rivero, lauréat du Prix Reporters sans frontières - Fondation de France 1997


Raúl Rivero est né à Moron (Camagüey) en 1945. Ancien journaliste de l'agence officielle Prensa Latina, dont il fut le correspondant à Moscou entre 1973 et 1976, Raúl Rivero quitte l'UNEAC, l'association officielle des journalistes et écrivains cubains, en 1989. En 1991, il rompt définitivement avec le régime en signant "La lettre des dix intellectuels" qui demande au président Fidel Castro la libération des prisonniers de conscience et la réforme du régime socialiste. Des dix signataires, il est le seul à être demeuré à Cuba.


En septembre 1995, il crée l'une des premières agences de presse indépendante, Cuba Press, jamais reconnue par les autorités. En 1997, il reçoit le Prix Reporters sans frontières - Fondation de France pour ses actions en faveur de la liberté de la presse dans son pays. Sa dernière arrestation remontait au 9 mars 1999, date des dernières grandes vagues d'arrestations. Un an après la visite du pape, en janvier 1998, les autorités cubaines souhaitaient ainsi montrer qu'il n'y aurait pas de libéralisation du régime. Depuis, sa renommée internationale l'avait en quelque sorte protégé du harcèlement quotidien dont sont victimes ses collègues. En revanche, le gouvernement n'a jamais accepté de lui accorder un visa de sortie temporaire pour répondre aux invitations de l'étranger. Il est uniquement prêt à lui signer une autorisation de sortie définitive du territoire, ce que le journaliste a toujours refusé.


"L'information, chasse gardée de l'Etat"


A Cuba, la Constitution stipule que la presse ne peut en aucun cas être de propriété privée. Interdits de publier dans leur pays, une centaine de journalistes indépendants comptent sur les associations de Cubains exilés aux Etats-Unis pour diffuser leurs informations, le plus souvent sur des sites Internet. En 2002, une vingtaine d'interpellations et plus d'une trentaine d'actes de harcèlement à leur encontre ont été recensés par Reporters sans frontières. Poussés à bout, près d'une soixantaine de journalistes indépendants ont dû s'exiler depuis 1995.


Quatre journalistes sont incarcérés depuis plusieurs mois à Cuba : Bernardo Arévalo Padron, de l'agence Línea Sur Press, condamné en novembre 1997 à six ans de prison pour "outrage" au chef de l'Etat et au vice-président ; Carlos Brizuela Yera, collaborateur de l'agence CPIC, et Lester Téllez Castro, directeur de la Agencia de Prensa Libre Avileña, arrêtés le 4 mars 2002 à Ciego de Ávila (Centre), alors qu'ils protestaient contre l'agression par des policiers d'un journaliste de l'agence Cuba Press ; et Carlos Alberto Domínguez, détenu depuis le 23 février 2002 sans qu'aucune charge précise ait été formulée contre lui.


Dans un rapport publié en décembre 2002 et intitulé "L'information, chasse gardée de l'Etat" (disponible sur www.rsf.org),">http://www.rsf.org">www.rsf.org),Reporters sans frontières détaillait leurs conditions de détention. L'organisation rapportait également que, malgré le harcèlement dont ils sont victimes, certains journalistes indépendants estimaient "bénéficier d'une relative tolérance envers leurs activités". Le rapport concluait cependant : "En réalité, il n'y a pas de tolérance. La politique de répression a rempli son objectif : maintenir les journalistes indépendants en deçà de la "ligne rouge" que représente la diffusion d'informations non contrôlées par l'Etat auprès de la population."




Source

Reporters sans frontières
47, rue Vivienne
75002 Paris, France
rsf (@) rsf.org


Fax:+33 1 45 23 11 51
Cuba
 
Plus d'informations : Cuba
  • Ennemis d'Internet 2014: Cuba

  • Classement mondial de la liberté de la presse 2014: Cuba

  • Les Ennemis d'Internet 2012: Cuba