16 mai 2001

Interpellation du président de l'Association de presse à l'aéroport


Détails de l'incident

Pedro Nolasco Ndong

media worker(s)

detained

Disponible en :

English Français Español

(RSF/IFEX) - Dans une lettre adressée à Clemente Engonga, ministre de l'Intérieur, RSF a protesté contre l'interpellation de Pedro Nolasco Ndong, président de l'Association de presse de Guinée équatoriale (ASOPGE) à l'aéroport de Malabo. RSF a demandé au ministre de prendre les mesures nécessaires pour que les documents et l'argent qui ont été confisqués à Nolasco Ndong lui soient restitués dans les plus brefs délais. L'organisation a rappelé que la Guinée équatoriale a ratifié le Pacte international relatif aux droits politiques et civils qui garantit la liberté d'expression et la liberté de circulation.


Selon les informations recueillies par RSF, Nolasco Ndong a été interpellé le 13 mai 2001 à l'aéroport de Malabo alors qu'il revenait du séminaire organisé par l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) à Windhoek en Namibie, à l'occasion de la 11ème Journée internationale de la liberté de la presse. La police lui a confisqué un rapport sur la situation de la liberté de la presse en Guinée équatoriale depuis 1991, ainsi que tous les documents distribués à ce séminaire. Les agents lui ont également extorqué 100 $US (114 euros) sans aucune explication.


RSF a rappelé qu'en février, le maire de Malabo, Gabriel Mba Bela, avait ordonné la fermeture de l'ASOPGE (consulter l'alerte de l'IFEX du 26 février 2001). En Guinée équatoriale, l'accès à l'information est totalement contrôlé par les autorités. Tous les médias électroniques sont soumis à la censure et la presse privée est quasiment inexistante. Le parti au pouvoir contrôle les principales publications du pays, les radios et la télévision.




Source

Reporters sans frontières
47, rue Vivienne
75002 Paris, France
rsf (@) rsf.org


Fax:+33 1 45 23 11 51
Guinée équatoriale
 
Plus d'informations : Guinée équatoriale