6 novembre 2001

DANS LES BUREAUX D?UNE STATION DE TÉLÉVISION DÉCLENCHE DES PROTESTATIONS


Le Syndicat des journalistes d’Azerbaïdjan (JuHI), Index on Censorship (INDEX), l’Institut international de la presse (IIP), le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et la Fédération internationale des journalistes (FIJ) rapportent que des protestations se sont déroulées dans les rues de la capitale de la Géorgie, Tbilissi, à la suite d’une tentative des autorités pour fermer les bureaux de la station de télévision indépendante “Rustavi-2”. Selon l’IIP, des responsables du ministère de la Sécurité ont tenté le 31 octobre d’effectuer une descente dans les bureaux de Rustavi-2. Ils en ont été empêchés par une foule de plusieurs centaines de manifestants qui leur ont bloqué l’entrée des lieux. Selon le CPJ, des responsables du ministère ont affirmé que la station avait évité de verser environ un million de laris (480 000 $ US) en taxes, bien que les employés de Rustavi-2 eussent affirmé que des fonctionnaires avaient réalisé une vérification fiscale la semaine précédente et qu’ils n’avaient relevé aucune irrégularité.

L’IIP fait remarquer que ce n’est pas le première fois que Rustavi-2 est la cible du gouvernement. La vérification fiscale, qui n’a révélé aucune faute, avait été approfondie; le 30 octobre, des responsables du ministère de la Sécurité se présentaient aux bureaux de la station et menaçaient de déployer des “forces spéciales” si le personnel ne leur remettait des documents financiers. Selon l’INDEX, le raid contre Rustavi-2 répondait à des mobiles politiques : la station critique inlassablement le régime du président Édouard Chevarnadze, elle en dévoile la corruption et critique les politiques économiques de son gouvernement.

L’INDEX ajoute que la plupart des Géorgiens estiment que le raid est relié au meurtre de Georgy Sanaya, journaliste à Rustavi-2. Avant son assassinat le 26 juillet, Sanaya rapportait les résultats de son enquête sur la gorge du Pankisi, région située près de la frontière tchétchène où auraient cherché refuge des rebelles tchétchènes ayant des liens avec des trafiquants de stupéfiants. D’après l’IIP, Sanaya connaissait l’existence de plusieurs bandes vidéo qui montraient un responsable du gouvernement en mission inconnue dans la gorge du Pankisi. [Voir “Communiqué” 10-30">http://communique.ifex.org/articles_francais.cfm?category=1%20Nouvelles%20R%E9gionales&volume=10&issue_no=30&lng=francais#3433">10-30de l’IFEX.]" 10-30">http://communique.ifex.org/articles_francais.cfm?category=1%20Nouvelles%20R%E9gionales&volume=10&issue_no=30%26amp;lng=francais#3433">10-30de l’IFEX.]

Radio Free Europe (RFE) rapporte pour sa part qu’à la suite de ce dernier geste du gouvernement géorgien contre Rustavi-2, d’importantes manifestations ont éclaté dans la capitale, les manifestants exigeant la démission de plusieurs ministres. Selon la BBC, le président Chevarnadze a congédié le 1er novembre tous les ministres du cabinet et menacé de démissionner lui-même. RFE indique qu’il a depuis annoncé qu’il ne démissionnerait pas et qu’il ne dissoudrait pas non plus le parlement, ni n’annoncerait la tenue de nouvelles élections.

Selon le “Press Freedom Survey” de 2000 [Enquête sur la situation de la liberté de la presse en 2001], du groupe Freedom House, les médias de Géorgie sont considérés comme “partiellement libres”. L’étude fait remarquer qu’Akaki Gogichaichvili, l’animateur de l’émission “Soixante Minutes” à l’antenne de Rustavi-2, a affirmé avoir reçu en mai des menaces de mort du procureur-général adjoint de Géorgie après un reportage sur la corruption au sein de l’Union des écrivains de Géorgie, qui reçoit des subventions de l’État. Pour de plus amples renseignements, voir à www.freedomhouse.org/ratings/index.htm,">http://www.freedomhouse.org/ratings/index.htm">www.freedomhouse.org/ratings/index.htm,www.freemedia.at,">http://www.freemedia.at">www.freemedia.at,www.cpj.org,">http://www.cpj.org">www.cpj.org,www.juhiaz.org">http://www.juhiaz.org">www.juhiaz.orget www.oneworld.org/index_oc/.">http://www.oneworld.org/index_oc/">www.oneworld.org/index_oc/.



Géorgie
 
Plus d'informations : Géorgie