7 janvier 2005

LA SIP SOULIGNE LES PROGRÈS DE LA LIBERTÉ DE LA PRESSE


La liberté de la presse a fait dans les Amériques en 2004 d'importants progrès, que sont venus souligner des affaires judiciaires historiques en matière de diffamation pénale ainsi que l'adoption de lois sur la liberté d'accès à l'information dans deux pays, fait remarquer la Société interaméricaine de la presse (SIP) dans son message de fin d'année.

« Cette année, dit la SIP, on a été davantage sensible, dans les Amériques, à la liberté d'expression et à celle de la presse ». La Cour interaméricaine des droits de l'homme (IACHR) a rendu deux décisions qui créent d'importants précédents juridiques en faveur de la liberté d'expression dans la région.

Dans les cas du journaliste costa-ricain Mauricio Herrera et de l'ancien candidat à la présidence du Paraguay, Ricardo Canese, tous deux mis en accusation aux termes des lois pénales sur la diffamation en vigueur dans leur pays après qu'ils eurent exprimé des critiques à l'égard de fonctionnaires, le tribunal régional a jugé que ces lois violaient le droit à la libre expression garantie par la Convention américaine relative aux droits de l'homme (voir à : http://www.ifex.org/en/content/view/full/61728/).
Par ailleurs, la République dominicaine et l'Équateur ont adopté des lois sur l'accès à l'information, donnant ainsi aux citoyens le droit d'obtenir des renseignements détenus par les ministères du gouvernement et les organismes publics. Au Brésil, le Congrès national a promulgué une modification à la Constitution qui place les crimes contre l'humanité, dont le meurtre de journalistes, sous la compétence du gouvernement fédéral.

L'année 2004 a aussi cependant été marquée par de troublants reculs, dit la SIP. Seize journalistes ont été tués pendant l'année, dont le rédacteur mexicain Francisco Ortiz Franco, tandis que 26 journalistes demeurent incarcérés à Cuba.

Dans plusieurs pays, des décisions judiciaires ont modifié la libre circulation des renseignements et des nouvelles, notamment des décisions judiciaires « effrayantes » aux États-Unis, où on a tenté d'obtenir l'arrestation et l'incarcération de journalistes qui ont refusé de divulguer leurs sources d'information, fait remarquer la SIP. Au Venezuela, une nouvelle loi sur le contenu des médias, de même que des réformes apportées au Code pénal, ont été promulguées afin de « protéger les dirigeants politiques et de les mettre à l'abri de toute critique ».

La SIP dit préparer des plans pour dépêcher au cours de la prochaine année des délégations en Argentine, en Bolivie, au Chili, en Colombie, en Haïti et aux États-Unis, afin de promouvoir l'accès à l'information et la liberté de la presse. Elle étendra en outre sa campagne d'éducation afin de sensibiliser le public à la liberté de la presse, de dispenser aux journalistes de la formation en sécurité dans les zones hostiles et de continuer à tenter de résoudre les crimes non résolus commis contre les journalistes.

Aller à :
- SIP : http://www.sipiapa.org/- Cour interaméricaine des droits de l'homme : http://www.corteidh.or.cr/index_ing.html

 
Plus d'informations : International
  • Les journalistes, bêtes noires de la mafia

    Les puissances mafieuses ne connaissent pas de frontières et se moquent des limites imposées par l’Etat de droit dans les démocraties. Face à elles, avec leurs maigres moyens et leur extrême vulnérabilité, les journalistes n’ont pas l’embarras du choix. Se taire ou risquer leur vie, voilà souvent leur seule alternative.

  • Harcèlement en ligne des journalistes : quand les trolls lancent l'assaut

    Dans son nouveau rapport RSF révèle l'ampleur d'une nouvelle menace qui pèse sur les journalistes : le harcèlement via les réseaux sociaux.

  • Les données du classement de la liberté de la presse 2018