16 janvier 2005

2004, L'ANNÉE LA PLUS MEURTRIÈRE DEPUIS DIX ANS POUR LES JOURNALISTES


Durant l'année 2004 qui vient de s'écouler, qualifiée d'année la plus meurtrière pour les journalistes depuis dix ans, au moins 53 journalistes ont été tués, dit Reporters sans frontières (RSF).

Ce bilan, le plus lourd depuis 1995, est en grande partie attribué à la guerre en Irak et aux assassinats commis en représailles contre des journalistes qui couvrent des affaires de corruption et de crime organisé.

En Irak, 19 reporters ont perdu la vie, ce qui en fait le pays le plus dangereux du monde pour les journalistes. Quinze assistants des médias (accompagnateurs, chauffeurs, traducteurs, techniciens, agents de sécurité et autres) ont aussi été tués.

Des journalistes qui couvraient des affaires de corruption, de trafic de drogue et des gangs criminels ont été tués en grand nombre. Aux Philippines, six journalistes ont été assassinés, tandis que quatre autres ont perdu la vie au Bangladesh. Au Mexique, trois journalistes ont été tués.

Les statistiques de RSF indiquent que dans presque toutes les catégories de violations de la liberté de la presse, les conditions se sont détériorées dans le
monde en 2004 par rapport à l'année précédente. Au moins 907 journalistes ont été arrêtés, contre 766 en 2003, tandis qu'au moins 622 médias ont été censurés (contre 501).
Par ailleurs, la Chine et Cuba restent les premiers geôliers de journalistes, avec 26 et 22 d'entre eux respectivement derrière les barreaux. Au 1er janvier 2005, 107 journalistes et 70 cyberdissidents étaient en prison dans le monde.

Pour lire le rapport complet, aller à : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=12232

 
Plus d'informations : International
  • Les journalistes, bêtes noires de la mafia

    Les puissances mafieuses ne connaissent pas de frontières et se moquent des limites imposées par l’Etat de droit dans les démocraties. Face à elles, avec leurs maigres moyens et leur extrême vulnérabilité, les journalistes n’ont pas l’embarras du choix. Se taire ou risquer leur vie, voilà souvent leur seule alternative.

  • Harcèlement en ligne des journalistes : quand les trolls lancent l'assaut

    Dans son nouveau rapport RSF révèle l'ampleur d'une nouvelle menace qui pèse sur les journalistes : le harcèlement via les réseaux sociaux.

  • Les données du classement de la liberté de la presse 2018