16 janvier 2005

CONFÉRENCE RÉGIONALE DE L'AMARC AFRIQUE AU KENYA


Le bureau de la région de l'Afrique de l'Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) tiendra sa Conférence panafricaine triennale en avril 2005 à Nairobi, au Kenya, dans le but d'élaborer des plans stratégiques et des activités d'appui à l'expansion de la radio communautaire dans la région.

Plus de 160 délégués devraient participer à la conférence, qui aura lieu du 18 au 22 avril 2005.

Le thème de la conférence sera « Contenu et développement durable de la radio communautaire en Afrique ». Pour de nombreuses communautés rurales en Afrique, la radio est en effet le moyen de communication et de dissémination de l'information le
plus populaire et le plus facilement accessible, dit l'AMARC.
L'organisation fait valoir que la radio communautaire ayant créé sa niche dans le processus de développement, il faut consentir des efforts pour développer et renforcer ce rôle.

À la conférence, les participants discuteront du plan stratégique de trois ans de l'AMARC Afrique et formuleront des recommandations, proposeront de nouvelles initiatives et de nouveaux projets, et éliront de nouveaux membres au conseil d'administration.

L'AMARC Afrique compte plus de 360 membres sur tout le continent.

Pour plus de renseignements, communiquer avec Shingai Nyoka : comofficer@amarcafrica.org ou avec Djam Bakhshandegi : progassistant@amarcafrica.org

Aller à : http://africa.amarc.org/


 
Plus d'informations : International
  • Les journalistes, bêtes noires de la mafia

    Les puissances mafieuses ne connaissent pas de frontières et se moquent des limites imposées par l’Etat de droit dans les démocraties. Face à elles, avec leurs maigres moyens et leur extrême vulnérabilité, les journalistes n’ont pas l’embarras du choix. Se taire ou risquer leur vie, voilà souvent leur seule alternative.

  • Harcèlement en ligne des journalistes : quand les trolls lancent l'assaut

    Dans son nouveau rapport RSF révèle l'ampleur d'une nouvelle menace qui pèse sur les journalistes : le harcèlement via les réseaux sociaux.

  • Les données du classement de la liberté de la presse 2018