28 janvier 2006

LA FIJ DÉNONCE LA CULTURE D'IMPUNITÉ QUI ENTOURE LES MEURTRES DE JOURNALISTES


La culture de négligence et d'indifférence qui entoure les meurtres de journalistes dans le monde rend plus dangereux que jamais pour la presse de rapporter la nouvelle, dit la Fédération internationale des journalistes (FIJ) dans son rapport de fin d'année. Le groupe, qui est membre de l'IFEX, a recensé 150 journalistes et travailleurs des médias tués en 2005, un record, et demande une action internationale pour qu'on mette fin à l'impunité.

Les pays les plus dangereux pour le journalisme l'an dernier ont été l'Irak, avec 35 morts, les Philippines (10 morts) et la Colombie, le Mexique et Haïti, où on a recensé l'assassinat de neuf journalistes, indique le rapport.

Quatre-vingt-neuf des 150 journalistes et travailleurs des médias tués en 2005 ont été assassinés dans l'exerce de leurs fonctions, un grand nombre d'entre eux par des gangs politiques ou par des criminels. Soixante et un journalistes ont été tués parce que des désastres sont survenus pendant qu'ils se trouvaient en mission, dont 48 personnes qui sont mortes dans l'écrasement d'un avion à Téhéran, en Iran.

Selon la FIJ, dans plus de 90 pour 100 des cas impliquant le meurtre d'un journaliste, il n'y a que peu d'enquêtes sérieuses de la part des autorités et seule une poignée de tueurs sont traduits en justice. Parmi les facteurs qui contribuent à l'impunité, on note la corruption policière, l'incompétence des tribunaux et l'indifférence politique.

La FIJ et son partenaire, l'International News Safety Institute, ont rédigé une résolution sur la sécurité des journalistes qu'ils demandent aux membres du Conseil de sécurité des Nations Unies de considérer. Cette résolution recommande de donner au Secrétaire général des Nations Unies le mandat de suivre de près les efforts des gouvernements pour traduire en justice les assassins de journalistes (voir à : http://www.newssafety.com/stories/insi/insiun.htm).
Dans son rapport, la FIJ constate également que son Fonds International de sécurité a contribué l'an dernier pour quelque 100 000 euros aux victimes dans le monde des médias et leurs familles, notamment celles qui ont été touchées par le tsunami de 2004 et par le tremblement de terre qui a frappé le nord du Pakistan en 2005.

Lire le rapport intégral à : http://www.ifj.org/default.asp?Index=3661&Language=FR
Consulter les sites suivants :

- Tour d'horizon de RSF sur la liberté de la presse : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=16087- Rapport du CPJ sur les journalistes tués en 2005 : http://www.cpj.org/Briefings/2006/killed_05/killed_release_03jan05.html- International News Safety Institute : http://www.newssafety.com/- Institut international de la presse : http://www.freemedia.at/wpfr/world_m.htm

 
Plus d'informations : International
  • Les journalistes, bêtes noires de la mafia

    Les puissances mafieuses ne connaissent pas de frontières et se moquent des limites imposées par l’Etat de droit dans les démocraties. Face à elles, avec leurs maigres moyens et leur extrême vulnérabilité, les journalistes n’ont pas l’embarras du choix. Se taire ou risquer leur vie, voilà souvent leur seule alternative.

  • Harcèlement en ligne des journalistes : quand les trolls lancent l'assaut

    Dans son nouveau rapport RSF révèle l'ampleur d'une nouvelle menace qui pèse sur les journalistes : le harcèlement via les réseaux sociaux.

  • Les données du classement de la liberté de la presse 2018