2 février 2006

L'affaire des caricatures du prophète Mahomet: RSF appelle au calme et au dialogue


Disponible en :

English Français
(RSF/IFEX) - Ci-dessous, un communiqué de presse de RSF:

L'affaire des caricatures du prophète Mahomet
Reporters sans frontières appelle au calme et au dialogue

Reporters sans frontières lance un appel au calme et à la raison alors que la polémique suscitée par la publication de plusieurs caricatures du prophète Mahomet prend une tournure inquiétante. "Si nous comprenons que de nombreux musulmans aient été choqués par ces publications - l'islam interdisant toute représentation humaine du Prophète - rien ne saurait justifier des appels à la violence ni quelques menaces que ce soit."

Et Reporters sans frontières d'ajouter: "Dans l'affaire actuelle, il est nécessaire de ramener les faits à leur juste dimension. Les journaux qui ont publié ces caricatures appartiennent à des pays où la religion relève de la sphère privée: dans cette tradition, la liberté religieuse va de pair avec une liberté d'expression qui inclut le droit de brocarder les convictions que l'on ne partage pas. Il est également nécessaire de rappeler que, dans ces mêmes pays, la presse est indépendante des pouvoirs en place. Ses prises de position, ses choix éditoriaux n'engagent qu'elle et donc, en aucune manière, les autorités de ces pays ou leurs concitoyens."
Reporters sans frontières appelle les responsables politiques et religieux des pays musulmans ainsi que la presse du monde arabe à tout faire pour calmer les esprits, de manière à entamer un débat sur les conceptions des uns et des autres. L'organisation demande, de la même manière, à chacun en Occident de jouer l'apaisement et d'éviter ce qui peut être vécu comme des provocations inutiles. Comment concilier la liberté d'expression - dont beaucoup, où qu'ils vivent, mesurent l'impérieuse nécessité - et le respect des convictions les plus profondes de chacun ? Que "l'affaire des caricatures" nous aide au moins à trouver une réponse à cette épineuse question. Reporters sans frontières s'emploiera à faciliter ce débat avec tous ceux - et ils sont heureusement majoritaires - qui préfèrent le dialogue à l'affrontement.



 
Plus d'informations : International
  • Les journalistes, bêtes noires de la mafia

    Les puissances mafieuses ne connaissent pas de frontières et se moquent des limites imposées par l’Etat de droit dans les démocraties. Face à elles, avec leurs maigres moyens et leur extrême vulnérabilité, les journalistes n’ont pas l’embarras du choix. Se taire ou risquer leur vie, voilà souvent leur seule alternative.

  • Harcèlement en ligne des journalistes : quand les trolls lancent l'assaut

    Dans son nouveau rapport RSF révèle l'ampleur d'une nouvelle menace qui pèse sur les journalistes : le harcèlement via les réseaux sociaux.

  • Les données du classement de la liberté de la presse 2018