24 juin 2006

RSF DOCUMENTE LA SITUATION LAMENTABLE DES JOURNALISTES DÉTENUS DANS LES BASES AMÉRICAINES


Parmi les 400 personnes, ou à peu près, qui sont détenues à la base militaire américaine de Guantánamo Bay, à Cuba, se trouve un journaliste qui travaille pour la chaîne arabe de télévision par satellite Al-Jazirah. Le caméraman Sami Al-Hajj est détenu sans inculpation depuis le 13 juin 2002. Son procureur affirme qu'il a été torturé et qu'il entretient des idées suicidaires, et qu'il a besoin de soins médicaux pour un cancer de la gorge. Al-Hajj est le seul journaliste qui reste détenu par les Américains à Guantánamo ou en Irak.

La situation pénible dans laquelle se trouve Al-Hajj constitue l'une de plusieurs affaires documentées dans un dossier de Reporters sans frontières (RSF), qui examine le traitement des journalistes détenus dans des bases militaires comme Guantánamo et Camp Bucca en Irak.

Il y a d'autres affaires, comme celle du caméraman de CBS News Abdel Amir Yunes Hussain, détenu à Camp Bucca d'avril 2005 à mai 2006; Majeed Hameed, un reporter local pour le compte de Reuters et de Al-Arabiya; et Samer Mohamed Noor et Ali Omar Abrahem al-Mashadani, deux caméramen de Reuters.

Le dossier, « Where the United States Imprisons Journalists », est téléchargeable ici : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=16430


 
Plus d'informations : International
  • Les journalistes, bêtes noires de la mafia

    Les puissances mafieuses ne connaissent pas de frontières et se moquent des limites imposées par l’Etat de droit dans les démocraties. Face à elles, avec leurs maigres moyens et leur extrême vulnérabilité, les journalistes n’ont pas l’embarras du choix. Se taire ou risquer leur vie, voilà souvent leur seule alternative.

  • Harcèlement en ligne des journalistes : quand les trolls lancent l'assaut

    Dans son nouveau rapport RSF révèle l'ampleur d'une nouvelle menace qui pèse sur les journalistes : le harcèlement via les réseaux sociaux.

  • Les données du classement de la liberté de la presse 2018