4 août 2006

LES PAUVRES SE VOIENT NIER L'ACCÈS ÉGAL AUX ONDES, DIT L'AMARC


Les lois d'Amérique centrale sur la radiodiffusion sont incompatibles avec les dispositions de la Convention américaine relative aux droits de l'homme et devraient donc être réformées afin de donner aux stations de radio communautaires une place égale à la table au moment de l'allocation des fréquences radio, fait-on valoir auprès de la Commission interaméricaine des droits de l'homme (IACHR).

Lors de ses audiences annuelles à Washington, il y a deux semaines, l'organisation de surveillance régionale des droits de la personne a reçu une délégation de l'Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC), qui lui a présenté un rapport sur les difficultés auxquelles se heurte la radio communautaire en Amérique centrale.

Le rapport souligne que les lois qui régissent la radiodiffusion dans la région sont incompatibles avec les dispositions de la Convention parce qu'elles nient aux communautés marginalisées un accès égal aux fréquences radio. « Les fréquences sont vendues aux enchères aux plus offrants ou vendues selon une marche à suivre en vertu de laquelle les critères les plus importants sont les exigences économiques. » Cela entrave considérablement l'accès à ceux qui disposent de peu de pouvoir économique ou aux groupes de citoyens « dont les buts visés par l'utilisation d'une fréquence radio sont d'en faire bénéficier la société dans son ensemble et le progrès social des communautés où [les radios communautaires] interviennent », dit l'AMARC.

L'AMARC prie l'IACHR d'examiner la compatibilité des lois sur la radiodiffusion dans la région avec la Convention, d'une manière semblable à l'étude que l'IACHR a réalisée sur les lois concernant la diffamation pénale. Elle prie aussi l'IACHR et le Rapporteur spécial de l'Organisation des États américains (OEA) pour la liberté d'expression de continuer à surveiller la situation à laquelle sont confrontées les stations de radio communautaires, notamment au Guatemala, où les pourparlers entre le gouvernement et les stations communautaires sur les modifications à apporter aux lois sur la radiodiffusion sont dans l'impasse.

L'IACHR salue les suggestions de l'AMARC et suggère elle-même que l'organisation prépare un rapport de suivi sur des cas précis ayant trait aux normes internationales concernant la liberté d'expression.

L'IACHR est un organisme indépendant de l'OEA qui se charge de suivre de près la situation des droits de la personne dans les Amériques. Sa Déclaration de principes concernant la liberté d'expression dans les Amériques, que les États membres de l'OEA ont approuvée, dispose que « l'attribution des fréquences radio et télévision doit tenir compte de critères démocratiques qui offrent des possibilités d'accès égales pour tout le monde. »

Le rapport complet de l'AMARC (en espagnol) est téléchargeable à : http://legislaciones.amarc.org/Presentacion_audiencia_Guate%20_jul06_.pdfConsulter les sites suivants :
- Alerte de l'AMARC émise par l'IFEX : http://www.ifex.org/en/content/view/full/75941/- IACHR : http://www.cidh.oas.org/- Convention américaine relative aux droits de l'homme : http://www.cidh.org/Relatoria/showarticle.asp?artID=25&lID=1- Rapporteur spécial de l'OEA pour la liberté d'expression : http://www.cidh.org/Relatoria/index.asp?lID=1

 
Plus d'informations : International
  • Les journalistes, bêtes noires de la mafia

    Les puissances mafieuses ne connaissent pas de frontières et se moquent des limites imposées par l’Etat de droit dans les démocraties. Face à elles, avec leurs maigres moyens et leur extrême vulnérabilité, les journalistes n’ont pas l’embarras du choix. Se taire ou risquer leur vie, voilà souvent leur seule alternative.

  • Harcèlement en ligne des journalistes : quand les trolls lancent l'assaut

    Dans son nouveau rapport RSF révèle l'ampleur d'une nouvelle menace qui pèse sur les journalistes : le harcèlement via les réseaux sociaux.

  • Les données du classement de la liberté de la presse 2018