9 décembre 2008

Alerte

Le 17e prix RSF a été remis à un journaliste cubain, une radio nord-coréenne et deux blogueurs birmans


Détails de l'incident

Ricardo González Alfonso, Zarganar, Nay Phone Latt

Disponible en :

English Français
(RSF/IFEX) - Ci-dessous, un communiqué de presse abrégé de RSF daté du 4 décembre 2008:

Le 17e prix Reporters sans frontières a été remis aujourd'hui à Paris à un journaliste cubain, une radio nord-coréenne et deux blogueurs birmans

Le jury du prix Reporters sans frontières a désigné le Cubain Ricardo González Alfonso "journaliste de l'année 2008" pour sa contribution à la survie d'une presse indépendante dans l'île. Après avoir osé concurrencer le monopole de l'État sur l'information, Ricardo González Alfonso a été arrêté, le 18 mars 2003, avec 26 autres journalistes dissidents, lors de la vague répressive dite du "Printemps noir". Accusé d'être "à la solde des Etats-Unis" et d'avoir "attenté à l'indépendance et à l'intégrité territoriale de Cuba", il a été condamné à vingt ans de prison. Il est détenu depuis la fin de l'année 2004 à la prison du Combinado del Este, à La Havane, malgré un état de santé fragile.

C'est pour saluer le courage et la détermination des journalistes nord-coréens de Radio Free NK que le jury du prix Reporters sans frontières leur décerne le prix du Média 2008. Première radio dissidente nord-coréenne, Radio Free NK est dans le collimateur du régime totalitaire de Kim Jong-il. Obsédé par le contrôle de l'information, celui-ci a menacé, à plusieurs reprises, de faire cesser le dialogue avec la Corée du Sud si cette radio, basée à Séoul, n'était pas interdite. Les journalistes nord-coréens qui préparent les programmes de Free NK sont régulièrement menacés de mort et le directeur est protégé par des policiers sud-coréens depuis qu'un complot pour le tuer a été déjoué.

Enfin, Zarganar et Nay Phone Latt, tous deux blogueurs birmans, ont été désignés lauréats, ex-aequo, de la catégorie "Cyberdissident".

- Le blogueur et artiste Zarganar, surnommé le "Charlie Chaplin birman", défend les droits de l'homme et dénonce les abus de la junte au pouvoir grâce à ses sketches et aux articles qu'il publie sur son blog, depuis août 2007. Il est devenu une source fiable d'informations, dans un pays étranglé par la censure et la répression.

- Le blogueur Nay Phone Latt, âgé de 28 ans, a été condamné, le 10 novembre 2008, à vingt ans et six mois de prison par un tribunal spécial, réuni au sein même de la prison d'Insein. Il a été reconnu coupable d'avoir violé l'Electronic Act, qui punit sévèrement l'utilisation de l'Internet contre le gouvernement.

Le Prix Reporters sans frontières est décerné par un jury international.



Source

Reporters sans frontières
47, rue Vivienne
75002 Paris
France
rsf (@) rsf.org
téléc:+33 1 45 23 11 51
 
Plus d'informations : International
  • Les journalistes, bêtes noires de la mafia

    Les puissances mafieuses ne connaissent pas de frontières et se moquent des limites imposées par l’Etat de droit dans les démocraties. Face à elles, avec leurs maigres moyens et leur extrême vulnérabilité, les journalistes n’ont pas l’embarras du choix. Se taire ou risquer leur vie, voilà souvent leur seule alternative.

  • Harcèlement en ligne des journalistes : quand les trolls lancent l'assaut

    Dans son nouveau rapport RSF révèle l'ampleur d'une nouvelle menace qui pèse sur les journalistes : le harcèlement via les réseaux sociaux.

  • Les données du classement de la liberté de la presse 2018