4 mai 2009

Alerte

Journée internationale de la liberté de la presse: quand des États prennent des journalistes en otages


Disponible en :

English Français
(RSF/IFEX) - À l'occasion de la Journée internationale de la liberté de la presse, le 3 mai 2009, Reporters sans frontières se mobilise pour la libération de trois journalistes femmes "prises en otage" par des États.

Quatre membres de l'organisation sont en grève de la faim depuis le 28 avril en soutien à Roxana Saberi. La journaliste irano-américaine a été condamnée par la justice iranienne à huit ans de prison pour "espionnage" au profit des États-Unis. Roxana Saberi a débuté une grève de la faim le 21 avril pour protester contre cette condamnation dénuée de tout fondement. Sa vie est en danger.

Reporters sans frontières prend le relais de sa grève par solidarité, afin qu'elle n'ait plus à la mener elle-même. Des actions similaires vont se mettre en place à partir du 3 mai au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Belgique et en Espagne.

Il est également urgent que les deux journalistes américaines de la chaîne Current TV, Euna Lee et Laura Ling, détenues à Pyongyang depuis le 17 mars 2009, soient libérées. Lors d'une soirée spéciale organisée par Reporters sans frontières sur la Corée du Nord, le 27 avril à Paris, Rama Yade, la Secrétaire d'État française chargée des Affaires étrangères et des Droits de l?Homme, a apporté son soutien aux organisations qui militent en faveur de leur libération.

La détention et les accusations arbitraires lancées contre les reporters Roxana Saberi, Euna Lee et Laura Ling prouvent plus que jamais l'importance de la Journée internationale de la liberté de la presse que nous célébrons le 3 mai. Nous appelons les autorités iraniennes et nord-coréennes à libérer ces trois femmes sans délai.

Roxana Saberi, Euna Lee et Laura Ling sont des journalistes professionnelles qui ne sont ni des espionnes, ni des criminelles. À travers elles, l'Iran et la Corée du Nord prennent en otages la liberté de la presse et celle d'informer.



Source

Reporters sans frontières
47, rue Vivienne
75002 Paris
France
rsf (@) rsf.org
tél: +33 1 44 83 84 84
téléc: +33 1 45 23 11 51
 
Plus d'informations : International
  • Les journalistes, bêtes noires de la mafia

    Les puissances mafieuses ne connaissent pas de frontières et se moquent des limites imposées par l’Etat de droit dans les démocraties. Face à elles, avec leurs maigres moyens et leur extrême vulnérabilité, les journalistes n’ont pas l’embarras du choix. Se taire ou risquer leur vie, voilà souvent leur seule alternative.

  • Harcèlement en ligne des journalistes : quand les trolls lancent l'assaut

    Dans son nouveau rapport RSF révèle l'ampleur d'une nouvelle menace qui pèse sur les journalistes : le harcèlement via les réseaux sociaux.

  • Les données du classement de la liberté de la presse 2018