26 mai 2010

Agissez !

Partagez l’annonce d’Amnistie que le « Financial Times » ne fera pas paraître


Disponible en :

English Français Español
Le journal « Financial Times » (FT) a décidé à la dernière minute ce mois-ci de retirer une publicité d’Amnistie Internationale qui ciblait le géant pétrolier Shell. Amnistie vous demande de partager l’annonce que le FT refuse de publier et de vous assurer que le plus de gens possible la voient.

L’annonce, qui devait paraître le 18 mai, soit le jour où Shell devait tenir à Londres son assemblée générale annuelle, se concentre sur le piètre dossier de Shell au chapitre des droits de la personne au Nigéria. Elle compare les profits de 9,8 milliards de dollars US de la compagnie aux conséquences, pour la population du delta du Niger, de la pollution provoquée par Shell au cours des dernières décennies.

Selon Amnistie, au Nigéria « de nombreux déversements de pétrole, qui n’ont pas été convenablement nettoyés, n’ont laissé aux communautés locales d’autre choix que celui de boire une eau polluée, de consommer du poisson contaminé, de cultiver des terres souillées et de respirer un air qui empeste le pétrole et le gaz. »

Amnistie a reçu du FT un courriel la veille au soir disant que le journal n’allait pas publier l’annonce. Pourtant, dit Amnistie, « nous les avons rassurés par écrit que nous assumons l’entière responsabilité des commentaires et des opinions énoncés dans l’annonce. »

L’annonce d’Amnistie a paru dans deux autres journaux de Londres le jour de l’assemblée générale. Les fonds servant à payer la publicité sont venus de plus de 2 000 personnes en ligne.

Pour agir, partagez l’annonce sur Facebook, Twitter et sur vos blogues
Procurez-vous l’annonce

Et continuez à dénoncer Shell en suivant la campagne d’Amnistie
« Protect the Human »

 
Plus d'informations : International
  • Les journalistes, bêtes noires de la mafia

    Les puissances mafieuses ne connaissent pas de frontières et se moquent des limites imposées par l’Etat de droit dans les démocraties. Face à elles, avec leurs maigres moyens et leur extrême vulnérabilité, les journalistes n’ont pas l’embarras du choix. Se taire ou risquer leur vie, voilà souvent leur seule alternative.

  • Harcèlement en ligne des journalistes : quand les trolls lancent l'assaut

    Dans son nouveau rapport RSF révèle l'ampleur d'une nouvelle menace qui pèse sur les journalistes : le harcèlement via les réseaux sociaux.

  • Les données du classement de la liberté de la presse 2018


At this point, would publish cover: "Home page"