25 avril 2012

Google, Microsoft et Yahoo! se soumettent à une vérification externe de la libre expression


Disponible en :

English Français Español
L'Initiative de Réseau mondial (Global Network Initiative, GNI) vient tout juste de publier son rapport annuel, qui jette un regard critique sur la façon dont trois de ses membres fondateurs, Google, Microsoft et Yahoo!, donnent de l'information aux gouvernements répressifs ou travaillent avec des fournisseurs sans scrupules.

Les conclusions définitives ne seront pas rendues publiques avant 2013, mais le rapport expose en détail comment des vérificateurs externes se voient accorder un accès sans précédent aux travaux de trois géants de l'Internet pour vérifier s'ils sont prêts et disposés à mettre en œuvre les principes de la GNI sur la libre expression et le respect de la vie privée.

Robert Mahoney du Comité pour la protection des journalistes (qui est membre de la GNI) a déclaré : « Il y a six ans, l'idée que les titans de l'Internet exposeraient leurs rouages internes à la vérification externe semblait un peu forcée. »

D'après le rapport, les trois compagnies « doivent communiquer plus directement avec les groupes de défense des droits de la personne et vérifier de plus près les fournisseurs ».

La GNI impute plus précisément à l'industrie technologique dans son ensemble les restrictions insuffisantes entourant les technologies de matériel à « double usage », comme l'équipement de routage et de réseau, qui pourrait être utilisé à des fins de censure et de surveillance.

Le rapport fait part également de l'inquiétude qui entoure les contrats des fournisseurs en vigueur avant la création de la GNI en 2008, ainsi que la nécessité pour les firmes technologiques de procéder à des divulgations précises auprès des usagers lorsque leurs données sont susceptibles d'être vues par les autorités gouvernementales. Le rapport recommande en outre aux conseils d'administration une meilleure formation en matière de libre expression et de protection de la vie privée.

La GNI est un groupe constitué volontairement de compagnies de l'Internet, de groupes de défense de la liberté d'expression, d'investisseurs progressistes et d'universitaires, qui comprend le CPJ, Human Rights Watch et Index on Censorship, qui sont des groupes membres de l'IFEX. Elle vise à élaborer une norme mondiale pour l'Internet et le secteur de la technologie quand celle-ci traite les demandes des gouvernements concernant la liberté de parole et la vie privée.

Lire le rapport annuel ici.



Replacer dans leur contexte les questions de libre expression.

Inscrivez-vous et recevez IFEX En Contexte.

 
Plus d'informations : International
  • Les journalistes, bêtes noires de la mafia

    Les puissances mafieuses ne connaissent pas de frontières et se moquent des limites imposées par l’Etat de droit dans les démocraties. Face à elles, avec leurs maigres moyens et leur extrême vulnérabilité, les journalistes n’ont pas l’embarras du choix. Se taire ou risquer leur vie, voilà souvent leur seule alternative.

  • Harcèlement en ligne des journalistes : quand les trolls lancent l'assaut

    Dans son nouveau rapport RSF révèle l'ampleur d'une nouvelle menace qui pèse sur les journalistes : le harcèlement via les réseaux sociaux.

  • Les données du classement de la liberté de la presse 2018


At this point, would publish: "Home page"