4 juillet 2012

WikiLeaks et les lanceurs d'alerte


Suzanne Plunkett/REUTERS

Disponible en :

English Français Español
Quand le lanceur d'alerte en ligne WikiLeaks a enrepris en décembre 2010 de publier des centaines de milliers de câbles classifiés des ambassades américaines, câbles qui allaient d'observations peu flatteuses sur des dirigeants politiques un peu partout dans le monde à des plans secrets de renversement de gouvernements, les membres de l'IFEX ont fait valoir que Julian Assange et d'autres collaborateurs ne devaient pas être poursuivis en vertu des lois sur les secrets d'État ou sur l'espionnage.

Alors qu'ils regrettaient la décision de WikiLeaks de publier par la suite les câbles non expurgés - mettant ainsi les sources en danger - les membres s'en sont tenus au principe consistant à encourager les lanceurs d'alerte à se manifester et à soutenir le droit de savoir du public.

Replacer dans leur contexte les questions de libre expression.

Inscrivez-vous et recevez IFEX En Contexte.

 
Plus d'informations : International
  • Les journalistes, bêtes noires de la mafia

    Les puissances mafieuses ne connaissent pas de frontières et se moquent des limites imposées par l’Etat de droit dans les démocraties. Face à elles, avec leurs maigres moyens et leur extrême vulnérabilité, les journalistes n’ont pas l’embarras du choix. Se taire ou risquer leur vie, voilà souvent leur seule alternative.

  • Harcèlement en ligne des journalistes : quand les trolls lancent l'assaut

    Dans son nouveau rapport RSF révèle l'ampleur d'une nouvelle menace qui pèse sur les journalistes : le harcèlement via les réseaux sociaux.

  • Les données du classement de la liberté de la presse 2018


At this point, would publish: "Home page"
At this point, would publish: "The IFEX Communiqué's greatest hits"