12 mai 2003

RSF publie un rapport d'enquête sur la censure et la surveillance des forums de discussion Internet


Disponible en :

English Français
(RSF/IFEX) - Ci-dessous, un communiqué de presse de RSF :

"Vivre dangereusement sur le Net"

Rapport d'enquête sur la censure et la surveillance des forums de discussion Internet

Depuis que l'appareil policier chinois a mis en place un système de surveillance et de répression de la cyberdissidence, les forums de discussion sont devenus de véritables pièges à internautes. Ainsi, une jeune internaute de 22 ans, Liu Di, est détenue au secret depuis six mois par la police de Pékin. Son crime : avoir mis en ligne sur des forums de sites chinois des messages ironiques sur les dirigeants communistes. Près de trente mille personnes seraient par ailleurs mobilisées pour mettre en oeuvre le projet gouvernemental de contrôle de l'Internet, "Bouclier doré".

Pendant plusieurs semaines, une journaliste du service chinois de la BBC World Service, en collaboration avec Reporters sans frontières, s'est fait passer pour une internaute sur les forums de discussion chinois. L'organisation a ainsi pu déterminer précisément les techniques de censure et la nature des informations interdites sur les sites chinois.

Plus de 60 % des messages envoyés lors de cette enquête ont été mis en ligne sur les forums de discussion. Ce pourcentage chute à 55 % quand il s'agit de messages au contenu polémique. Sur ces 55 %, plus de la moitié ont été retirés par les webmasters ("Ban Zhu", en mandarin) chargés de surveiller les sites. En résumé, seulement 30 % des messages polémiques ont été acceptés par les sites. Les messages concernant la pneumopathie atypique sont particulièrement contrôlés. De même, les textes interpellant directement les dirigeants communistes passent très rarement les filtres ou sont retirés très rapidement des forums.

Les sites Internet, notamment ceux dirigés ou financés par des entreprises occidentales, en premier lieu Yahoo !, sont devenus des auxiliaires de la police chinoise. Ils permettent aux autorités d'arrêter des dissidents ou de simples internautes. Au moins 35 d'entre eux sont actuellement emprisonnés en Chine.

L'intégralité du rapport d'enquête de RSF est consultable sur le site de l'organisation : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=6792


Source

Reporters sans frontières
47, rue Vivienne
75002 Paris, France
rsf (@) rsf.org


Fax:+33 1 45 23 11 51