12 mai 2004

RSF, choquée par l'évasion de l'un des assassins du journaliste Carlos Cardoso, demande des explications aux autorités


Détails de l'incident

Carlos Cardoso

journalist(s)

killed

Disponible en :

English Français
(RSF/IFEX) - RSF est choquée par l'évasion, annoncée par la police le 10 mai 2004, d'Anibal Antonio dos Santos, plus connu sous le nom d'Anibalzinho, de la prison de haute sécurité de Maputo. Il avait été condamné, en janvier 2003, à 28 ans de prison pour l'assassinat du journaliste Carlos Cardoso.

"C'est la deuxième fois qu'Anibalzinho s'évade de la prison de haute sécurité de Maputo. Il ne fait aujourd'hui plus aucun doute qu'il bénéficie de complicités en haut lieu. C'est inadmissible et les autorités mozambicaines, qui se sont engagées à lutter contre l'impunité, doivent aujourd'hui tout mettre en oeuvre pour le retrouver et identifier les responsables de cette évasion", a déclaré RSF.

"Cette évasion confirme la thèse, déjà développée par RSF dans un rapport en novembre 2003, selon laquelle un ou plusieurs commanditaires de l'assassinat de Carlos Cardoso sont toujours en liberté. Cette affaire n'est pas encore totalement élucidée", a ajouté l'organisation.

La police n'a donné aucun détail sur l'évasion d'Anibalzinho. Le criminel s'était déjà enfui, en septembre 2002, avant d'être repris en Afrique du Sud le jour-même de sa condamnation à 28 ans de prison pour l'assassinat de Cardoso.

Cardoso, directeur du quotidien "Metical", a été assassiné, le 22 novembre 2000, sur l'avenue Martires de Machava à Maputo. Il était dans sa voiture avec son chauffeur quand deux hommes leur ont bloqué la route et ont ouvert le feu. Cardoso, touché de plusieurs balles à la tête, est mort sur le coup. Son chauffeur a été grièvement blessé. Avant sa mort, le journaliste enquêtait sur le plus gros scandale financier du pays depuis son indépendance : le détournement d'une somme équivalente à 14 millions d'euros (environ 16 millions de $US) de la Banque commerciale du Mozambique (BCM). Il avait notamment cité dans ses articles les noms des frères Satar et de Vicente Ramaya, trois hommes d'affaires très influents.

Le 31 janvier 2003, le tribunal spécial mis en place à Maputo pour juger les assassins du journaliste avait rendu son verdict : l'homme d'affaires Momade Abdul Satar a été condamné à 24 ans de prison ; son frère, Ayob Abdul Satar, ainsi que Vicente Ramaya, Manuel Fernandes et Carlos Rachid Cassamo, à 23 ans et demi de prison. Les cinq prévenus ont été reconnus coupables "d'homicide". Anibalzinho a été condamné à 28 ans de prison et 15 années de privation de ses droits civiques.

A plusieurs reprises, pendant les débats, deux prévenus avaient accusé le fils du chef de l'Etat, Nyimpine Chissano, d'avoir commandité l'assassinat de Cardoso. Fin décembre 2002, le procureur général de la République, Joaquim Madeira, avait annoncé qu'une nouvelle enquête était en cours pour déterminer l'éventuelle responsabilité de Nyimpine Chissano dans cette affaire. En novembre 2003, lors d'une mission de RSF, le procureur avait déclaré à un représentant de l'organisation : "Les investigations sont plus proches de la fin que du début".



Source

Reporters sans frontières
47, rue Vivienne
75002 Paris
France
rsf (@) rsf.org
Fax:+33 1 45 23 11 51