26 octobre 2004

RSF publie un rapport d'enquête sur la liberté de la presse


Disponible en :

English Français
(RSF/IFEX) - Ci-dessous, un communiqué de RSF daté du 22 octobre 2004 :

Reporters sans frontières publie un rapport d'enquête sur la liberté de la presse

Depuis trois ans, la Corée du Nord occupe la toute dernière place du "Classement mondial de la liberté de la presse" élaboré par Reporters sans frontières. Pourtant, en pleine crise internationale liée à l'intransigeance de Pyongyang sur son programme nucléaire militaire, certains observateurs annoncent une timide ouverture. Des médias internationaux ont même parlé d'un "printemps de Pyongyang". Qu'en est-il de la liberté de la presse ?

Les informations collectées lors d'une mission de Reporters sans frontières en Corée du Sud auprès d'anciens journalistes nord-coréens et d'experts sud-coréens et internationaux, démontrent que les médias, tous contrôlés par le parti unique, et pour certains par Kim Jong-il personnellement, n'ont connu aucune évolution positive. Si le mot "réforme" a bien été utilisé par des médias à de très rares occasions, le régime continue d'offrir à la population la même "propagande abrutissante".

Les journalistes embrigadés par le parti doivent appliquer le "plan permanent d'information" qui hiérarchise strictement l'information. Première priorité : faire la publicité de la grandeur de Kim Il-sung et de son fils Kim Jong-il. Ensuite, démontrer la supériorité du socialisme nord-coréen et dénoncer la corruption bourgeoise et impérialiste. Enfin, dénigrer l'instinct d'invasion des impérialistes et des Japonais.

Dans ce rapport intitulé "Le journalisme au service du totalitarisme", Reporters sans frontières révèle qu'au moins quarante journalistes ont été "révolutionnisés", c'est à dire rééduqués, pour avoir commis des "erreurs journalistiques" telles qu'avoir mal orthographié le nom d'un haut responsable. D'autres ont été envoyés dans des camps de concentration où sont détenus près de 200 000 Nord-Coréens. C'est le cas du journaliste de télévision Song Keum Chul "disparu" en 1996 pour avoir mis en cause la version officielle du parti sur certains événements historiques.

Les seules sources d'information non officielles sont les stations étrangères qui émettent en coréen. Mais, en Corée du Nord, les radios et les télévisions sont bloquées sur les fréquences des médias d'Etat, et ceux qui écoutent des radios étrangères risquent la prison. Fin 2003, le Parti a lancé une campagne de vérification des postes radio désignés comme les "nouveaux ennemis du régime".

Reporters sans frontières exhorte la communauté internationale à se mobiliser pour faire respecter le droit des Nord-Coréens à une information pluraliste.

L'intégralité du rapport est disponible en français et en anglais sur http://www.rsf.org


Source

Reporters sans frontières
47, rue Vivienne
75002 Paris
France
rsf (@) rsf.org
Fax:+33 1 45 23 11 51
Corée du Nord
 
Plus d'informations : Corée du Nord