1 juin 1999

LES JOURNALISTES SONT HARCELÉS PAR LES AUTORITÉS


Dans le sillage du harcèlement que subissent depuis plusieurs mois les journalistes du
Pakistan, Reporters sans frontières (RSF) rapporte que les autorités auraient créé une
“cellule spéciale sur les médias”, qui les vise directement. Selon l’édition du 1er juin du quotidien “Frontier Post”, “le gouvernement fédéral a décidé de créer une cellule spéciale sur les médias qui comprendrait des représentants de la police, du bureau des renseignements et de l’Agence d’enquête fédérale (FIA) et qui viserait à punir les journalistes indépendants trop critiques à l’égard du gouvernement”. Le quotidien précise que “le mode opératoire de la cellule consisterait à enlever un journaliste ‘frondeur’ et de le torturer dans quelque ‘maison secrète’, puis de le relâcher après 24 à 36 heures.” Le journal mentionne d’autres méthodes de harcèlement envisagées,“notamment l’intimidation, les menaces anonymes, l’arrestation pour ivresse”. Le journal a également publié une liste de 31 journalistes, dont plusieurs ont été victimes récemment de harcèlement et d’agressions.

Selon la Fondation de la presse du Pakistan (PPF) et beaucoup d’autres membres de
l’IFEX qui ont protesté, le rédacteur en chef du “Friday Times” de Lahore, Najam Sethi, a été arrêté et battu aux petites heures du 7 mai par la police et des agents du renseignement. Au début de la semaine, Sethi avait été harcelé par des agents des
forces de l’ordre après avoir donné une entrevue à l’émission “Correspondent” de la
BBC. “Selon les dépêches, dit PPF, de hauts fonctionnaires du gouvernement l’auraient mis en garde parce qu’il travaillait avec une équipe de la BBC, qu’ils auraient
prétendu être une tentative pour éstabiliser le pays et renverser le gouvernement.”

D’après RSF, Sethi et deux autres journalistes arrêtés récemment sont toujours
incarcérés. Hussain Haqqani, chroniqueur au journal de Sethi et au quotidien “Jang”, a
été arrêté le 4 mai par des agents de l’Agence d’enquête fédérale (FIA) après avoir
travaillé, comme Sethi, avec la BBC. D’autres journalistes, qui ont déjà travaillé avec Sethi, ont aussi été enlevés et menacés. RSF signale par ailleurs la saisie, à l’aéroport de Karachi, de 4 000 exemplaires de l’hebdomadaire britannique “The Economist”. Aucune explication n’a été donnée. Dans l’édition asiatique, l’article-vedette était coiffé du titre “la pourriture au Pakistan” et portait sur la répression du gouvernement du Premier ministre Nawaz Sharif contre la liberté de la presse.



 
Plus d'informations : Pakistan