9 septembre 2004

Un journaliste incarcéré pour ses articles sur un conflit entre paysans et militaires au Pendjab


Détails de l'incident

Sarwar Mujahid

journalist(s)

Disponible en :

English Français
(RSF/IFEX) - Sarwar Mujahid, correspondant du quotidien conservateur en ourdou "Nawa-i-Waqt" dans le district d'Okara (Est), est détenu depuis le 31 juillet 2004 par les autorités dans le district d'Okara, province du Pendjab. Il avait écrit des articles sur un conflit opposant des paramilitaires et des métayers.

Dans une lettre adressée au chef du gouvernement de la province du Pendjab, Pervez Elahi, RSF a demandé la libération de Mujahid. "La détention prolongée de ce journaliste jette un sérieux doute sur la possibilité pour les médias pakistanais de couvrir librement les activités des militaires et des paramilitaires", a regretté l'organisation.

Mujahid a été arrêté à son domicile par des policiers qui ne disposaient pas de mandat d'arrêt. Il a été frappé lors de l'arrestation.

Il serait détenu dans la prison de Sahiwal (province du Pendjab). Sa famille n'a pas été autorisée à lui rendre visite. Sa fille, Aisha Sarwar, a dénoncé un "terrorisme d'Etat". Elle a fait part à RSF de son inquiétude sur l'état de santé de son père, atteint de diabète, et qui n'aurait pas accès à son traitement.

Mujahid, âgé de 42 ans, est détenu en vertu de la loi sur le maintien de l'ordre public (Maintenance of Public Order). Cette législation prévoit qu'une personne peut être détenue pendant trois mois si le gouvernement estime qu'elle constitue une "menace pour l'ordre public". La famille du journaliste a saisi la Haute Cour du Pendjab de cette affaire, mais en raison des vacances judiciaires, le cas du journaliste n'a pas été examiné en août. La cour a demandé au gouvernement du Pendjab de fournir des explications pour le 9 septembre.

La détention du journaliste semble être liée à ses articles sur un conflit entre des paramilitaires pakistanais et des métayers cultivant depuis des années des terres appartenant à l'armée. Les agriculteurs refusent de quitter leurs fermes. En juillet, l'organisation Human Rights Watch a publié un rapport dénonçant la répression militaire, notamment des actes de torture, contre les paysans du district d'Okara.

En 2003, Mujahid a déjà été emprisonné pendant deux mois pour ses articles en faveur des paysans. Il a été libéré sous caution.



Source

Reporters sans frontières
47, rue Vivienne
75002 Paris
France
rsf (@) rsf.org
Fax:+33 1 45 23 11 51
 
Plus d'informations : Pakistan