25 juin 2004

UN RADIOJOURNALISTE EST ASSASSINÉ; L'IMPUNITÉ EST DÉNONCÉE


Le Centre pour la liberté et la responsabilité des médias (Center for Media Freedom and Responsibility, CMFR) et Reporters sans frontières (RSF) ont exprimé leur révulsion à la suite du meurtre, le 18 juin 2004, d'Eliseo « Eloy » Binoya, journaliste philippin de la radio dont les commentaires politiques incisifs à Radyo Natin, à Malungon, avaient, semble-t-il, mené à une agression récente et à de nombreuses menaces de mort.

Binoya, qui était âgé de 49 ans, a été touché mortellement dans le dos par deux assaillants tandis qu'il rentrait de General Santos City, située à proximité, pour se rendre à la station de radio qu'il dirigeait. Il venait tout juste de déposer une plainte contre trois associés du maire de Malungon, qu'il avait souvent accusé de corruption. Binoya prétendait que le neveu du maire et deux autres individus l'avaient agressé le 7 juin dernier. D'après le chef de la police locale, les trois hommes sont considérés comme suspects dans cette affaire.

Par hasard, le même jour 18 juin, 28 organisations qui participaient au Congrès de l'IFEX à Bakou émettaient une déclaration conjointe dénonçant « de la manière la plus véhémente possible la poursuite des agressions contre les journalistes qui mènent des combats aux Philippines, où 44 d'entre eux ont été tués et des dizaines d'autres ont été blessés depuis la restauration de la démocratie en 1986. La plupart de ces journalistes ont été tués à cause de leurs reportages sur des affaires de corruption ».

La déclaration conjointe demande que l'on exerce des pressions sur tous les gouvernements de l'Asie du Sud-Est pour que cesse l'impunité, pour protéger les journalistes et pour sanctionner quiconque tente de leur nier leur droit à la libre expression.

Dans une lettre au ministre de l'Intérieur des Philippines José Lima, RSF a souligné que les meurtres précédents de journalistes ont débouché sur bien peu d'enquêtes. « Par conséquent, les autorités judiciaires des Philippines permettent aux instigateurs de continuer à faire taire leurs critiques dans la presse, dans l'impunité la plus totale. » RSF insiste pour que le meurtre de Binoya et tous les meurtres précédents de journalistes fassent l'objet d'une enquête approfondie, et que leurs auteurs soient traduits en justice.

Binoya est le deuxième journaliste à être assassiné aux Philippines en 2004 à cause de son travail. Rowell Endrinal, de Radio DZRC, a été assassiné le 11 février par deux tueurs à gages dans la ville de Legazpi, au centre du pays. Sept journalistes, un nombre record, ont été tués aux Philippines en 2003.

Pour plus de renseignements, voir :
- CMFR : http://www.cmfr.com.ph- IFEX : http://www.ifex.org/en/content/view/full/59584/- RSF : http://www.rsf.org

Philippines

IFEX membres actifs dans ce pays 1

 
Plus d'informations : Philippines