14 août 2006

Un journaliste grièvement blessé, une autre menacée de mort: la police n'a résolu qu'un seul cas de crime de journalistes en deux semaines


Détails de l'incident

Roger Panizal, Hazel Gup-ay

journalist(s)

Disponible en :

English Français
(RSF/IFEX) - Le journaliste Roger Panizal est entre la vie et la mort après avoir été blessé par balles, notamment à la gorge, à Valenzuela (près de Manille). Au nord de la capitale, Hazel Gup-ay, présentatrice d'une radio publique locale, reçoit depuis plusieurs jours des menaces de mort.

"L'annonce par la présidente Gloria Arroyo d'une mobilisation de la police et la justice pouvait laisser espérer une baisse de la violence contre les journalistes et les militants des droits de l'homme, mais rien de tout cela ne se passe. Alors que deux semaines sont déjà passées depuis l'annonce présidentielle, une seule affaire semble avoir été résolue, et elle ne concerne pas un crime lié aux activités professionnelles de la victime. Il est grand temps que la police et la justice travaillent ensemble pour résoudre les crimes et mettre fin aux violences", a affirmé Reporters sans frontières.

Le 4 août 2006, la police a annoncé avoir arrêté quatre suspects, dont deux policiers corrompus, pour le meurtre de Ralph Runez, caméraman de la chaîne publique RPN. Il s'agit d'un crime crapuleux.

"Après la tentative d'assassinat de Roger Panizal, il est important que la police puisse déterminer les motifs des auteurs de cette attaque. La multiplication des violences à Valenzuela devrait inciter la police à renforcer sa présence pour lutter contre les groupes criminels qui menacent les journalistes. Dans l'affaire d'Hazel Gup-ay, les autorités devraient assurer sa protection et identifier l'origine des messages de menace", a ajouté l'organisation.

Le 14 août, Roger Panizal, journaliste du tabloïd "Tiktik", a été grièvement blessé par balles dans une rue de Valenzuela. Alors qu'il se rendait au travail en taxi, un homme armé a intercepté le véhicule et a obligé le journaliste à en descendre. Rejoint par deux complices, l'assaillant a tiré à trois reprises sur Roger Panizal. Selon le site http://www.GMANews.tv, il a notamment été blessé à la gorge et à la main. Interrogé sur son lit d'hôpital par des journalistes, Roger Panizal a juste pu désigner "George Demonyo" (George Le Démon) comme le responsable de cette tentative d'assassinat.

Deux autres journalistes, Albert Orsolino et Prudencio Melendres, ont été tués cette année dans la région de Valenzuela. Les motifs de ces meurtres ne seraient pas liés à leur activité professionnelle.

Depuis le 1er août, Hazel Gup-ay, présentatrice du programme quotidien "Kabarangay" (Copains de la ville) sur la station publique Radyo ng Bayan dzRK à Tabuk (province de Kalinga, Nord), reçoit des messages de mort par SMS. Selon l'Union nationale des journalistes des Philippines (NUJP), Hazel Gup-ay, âgé de 36 ans, craint pour sa vie après avoir rapporté à la radio une embuscade tendue contre un militant de gauche, Constancio Claver. Les auteurs des SMS (numéros de téléphone: 09104394913) lui reprochent sa couverture biaisée de l'incident, et plus généralement ses critiques à l'encontre des autorités locales. Un autre SMS, reçu le 6 août et envoyé par le téléphone 09207028180, l'avertissait: "J'espère que tu vas mourir bientôt."



Source

Reporters sans frontières
47, rue Vivienne
75002 Paris
France
rsf (@) rsf.org
Fax:+33 1 45 23 11 51
Philippines

IFEX membres actifs dans ce pays 1

 
Plus d'informations : Philippines