6 octobre 2006

LES MÉDIAS NE FONT PAS LA PROMOTION DE LA TOLÉRANCE


Les médias de Roumanie se targuent de jouer un rôle important dans la lutte contre la corruption, mais lorsque vient le temps de promouvoir la tolérance, ils jouent des préjugés de leurs consommateurs et ne font rien pour combattre les attitudes racistes, fait valoir le chef de l'Organisation populaire des Rom d'Europe dans un numéro récent de « Index on Censorship ».

« Loin de jouer un rôle d'éducation, les médias font partie des structures politiques et judiciaires qui garantissent dans les faits un interdit complet de la dénonciation du racisme, de la discrimination, de l'inégalité et de la violence », écrit Valeriu Nicolae. « Discuter de ces questions est considéré comme préjudiciable aux efforts du pays en vue d'adhérer à l'Union européenne. »

Les médias de Roumanie sont en grande partie motivés par le profit commercial, et on ne s'y intéresse pas beaucoup à élaborer une programmation qui fasse la promotion de la tolérance des minorités ethniques comme les Rom, ou l'égalité sexuelle, dit Nicolae. « La télévision commerciale et les journaux en format tabloïd décrivent de manière écrasante les Rom sous un éclairage négatif, reproduisant les préjugés et les stéréotypes racistes habituels. »

Des intellectuels de renom et des leaders d'opinion font ouvertement la promotion d'attitudes hostiles aux Rom dans la presse, y compris Andrei Cioroianu, qui tient une chronique au magazine « Dilema », et Mircea Radu, animateur d'une populaire émission de télévision sur Antena 1, fait remarquer Nicolae.

Pour lire l'article de Nicolae dans « Index on Censorship », aller à : http://www.eurozine.com/articles/2006-09-21-nicolae-en.html
Pour plus de renseignements sur les médias et la liberté d'expression en Roumanie, aller à : http://www.ifex.org/en/content/view/full/211/


 
Plus d'informations : Roumanie