22 avril 2009

Le NUSOJ dévoile un équipement antiballes pour les journalistes


NUSOJ

Disponible en :

English Français Español
Reconnaissant que la Somalie est le pays le plus dangereux d'Afrique pour les journalistes, le Syndicat national des journalistes somaliens (National Union of Somali Journalists, NUSOJ) a décidé de couvrir - littéralement - ses journalistes. Ce mois-ci, le NUSOJ a distribué 20 vestes antiballes et casques à des journalistes indépendants et aux organes d'information visés qui sont situés dans les zones les plus volatiles du pays.

« Ces vestes antiballes et ces casques vont améliorer la sécurité des journalistes somaliens qui sont chaque jour menacés par des dangers comme les éclats d'obus et autres objets dangereux qui résultent de la guerre et de la violence. Nous devons soutenir nos journalistes, ne serait-ce que moralement, mais il s'agit par-dessus ici tout de solidarité pratique avec nos collègues », dit le NUSOJ.

L'équipement a été présenté le 9 avril lors d'une cérémonie à laquelle ont assisté des journalistes et des représentants du gouvernement. Le premier vice-premier ministre Abdirahman Haji Aden, qui a assisté au lancement, a reconnu publiquement la crise de sécurité dans laquelle sont plongés les journalistes, et il a promis l'appui du gouvernement.

« Depuis que notre syndicat a fait tous ces efforts dignes d'éloges pour protéger nos journalistes, nous comme gouvernement responsable et ayant le mandat de protéger les journalistes comme citoyens, vous disons officiellement aujourd'hui que toutes les forces gouvernementales ont le devoir spécial de protéger avec diligence tout journaliste qui se sent en danger », a-t-il dit.

L'équipement est une courtoisie du Centre de Doha pour la liberté des médias (Doha Centre for Media Freedom), qui a donné en tout 100 vestes antiballes et casques à des professionnels des médias de Somalie.

Somalie
 
Plus d'informations : Somalie
  • Attaques Contre la Presse en 2013: Somalie

  • Classement mondial de la liberté de la presse 2014: Somalie

  • Prédateurs de la liberté de l'information: Somalie