16 novembre 1999

LE GOUVERNEMENT ÉTEND LA CENSURE


Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) rapporte que le gouvernement sri lankais a lancé une interdiction immédiate contre “la publication, la radiodiffusion ou la transmission de renseignements militaires confidentiels” à propos de la guerre civile entre le gouvernement et le Front de libération des Tigres de l’Ilam Tamoul (FLTIT). L’interdiction a été prononcée après que des reportages eurent affirmé que “près d’un millier d’hommes de troupe ont été tués par les forces du Front de libération des Tigres de l’Ilam Tamoul” lors d’attaques antigouvernementales menées dans la région de Wanni, dans le nord du Sri Lanka. L’annonce ne précisait pas si l’interdiction s’applique également aux représentants de la presse étrangère en poste au Sri Lanka.

Cette interdiction est la deuxième que proclame le gouvernement de la présidente Chandrika Bandaranaike Kumaratunga pour censurer la couverture du conflit. Le directeur de l’information, Ariya Rubasinghe, qui en a fait l’annonce, a déclaré que “cette proclamation vise à combler les vides que l’avis de censure précédent aurait pu oublier”. Le CPJ rapporte que le ministère de la Défense a annoncé le 6 juin dernier que toutes les photographies et tous les reportages de la radio et de la télévision sur la guerre doivent être soumis à l’armée pour approbation”. Bien que le gouvernement sri lankais ait remplacé en décembre 1998 le censeur militaire par un responsable civil, note le CPJ, la censure s’est poursuivie après cette période. [Mise à jour du “Communiqué”">http://communique.ifex.org/articles_francais.cfm?category=1%20Nouvelles%20R%E9gionales&volume=8&issue_no=29&lng=francais#912">“Communiqué”8-29 de l’IFEX.]




Sri Lanka

IFEX membres actifs dans ce pays 1

 
Plus d'informations : Sri Lanka