11 février 2011

Campagnes et action revendicatrice

RSF en Tunisie : "Une nouvelle liberté à préserver"


Disponible en :

English Français Español
(RSF/IFEX) - Le 10 février 2011 - Reporters sans frontières s'est rendue en Tunisie du 2 au 4 février 2011, afin d'évaluer la situation des médias près de deux semaines après la chute du régime du président Ben Ali, d'analyser leurs besoins et de définir la contribution que pourrait apporter l'organisation pendant cette phase de transition.

Les représentants de Reporters sans frontières ont rencontré de nombreux journalistes (opposants ou liés à l'ancien régime, le Syndicat des journalistes tunisiens), et le nouveau secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux Sports. Du matériel technique a également été distribué.

"La Tunisie est en plein bouillonnement. Les journalistes vivent une période historique où leur liberté est, pour la première fois, respectée. Il faut les encourager et les soutenir dans leur démarche. Il faut surtout consolider les acquis de cette jeune révolution. La censure n'a pas totalement disparu et elle peut revenir en force à tout moment. Il faut rapidement s'en prémunir en mettant en place un cadre juridique et institutionnel garantissant de manière durable la liberté d'expression. Ca passe notamment par des réformes législatives et la mise en place de nouvelles structures indépendantes de régulation des médias", a déclaré Jean-François Julliard, secrétaire général de Reporters sans frontières.

"Après 23 ans de censure, la liberté de la presse est une réalité en Tunisie. C'est inespéré. Nous nous réjouissons notamment pour tous les militants de la liberté d'expression. Pendant toutes ces années, une poignée de personnes se sont battues pour défendre leur liberté. Ils voient enfin leurs efforts et leur ténacité récompensés. Nous pensons à eux et à tous ceux qui vont désormais pratiquer le métier de journaliste dans des conditions plus favorables. Reporters sans frontières restera très présente en Tunisie et continuera de jouer son rôle de défenseur des libertés", a-t-il ajouté.

Pendant vingt-trois ans, le régime de Ben Ali a verrouillé l'information dans les médias traditionnels, puis sur le Net. Le 14 janvier 2011, après un mois de protestation, la révolution populaire est parvenue à chasser le président tunisien.

Le 17 janvier, le gouvernement provisoire d'union nationale qui prend les rênes du pouvoir supprime le ministère de l'Information. Slim Amamou, blogueur libéré quatre jours auparavant, devient secrétaire d'État à la Jeunesse et aux Sports. Ce gouvernement prône immédiatement la liberté totale d'information et d'expression comme principe fondamental.

( . . . )
Pour lire le communiqué complet, cliquer ici


Source:

Replacer dans leur contexte les questions de libre expression.

Inscrivez-vous et recevez IFEX En Contexte.

Alertes liées au même sujet sur ifex.org

Le photographe français Lucas Dolega (troisième à partir de la droite) en mission en 2008. Il a succombé à des blessures à la tête subies pendant qu’il couvrait des manifestations de rue à Tunis Ben Ali parti, la lutte pour la libre expression continue 19 janvier 2011
 
Plus d'informations : Tunisie

At this point, would publish cover: "Home page"
At this point, would publish story-with-same-anchor: "Censorship continues as more journalists are arrested"
At this point, would publish story-with-same-anchor: "IFJ backs journalists' strike against violence and press gag"
At this point, would publish story-with-same-anchor: "Wave of arrests of bloggers and activists"