25 août 2006

Trois journalistes et militants des droits de l'Homme condamnés à la prison


Détails de l'incident

Ogulsapar Muradova, Annakurban Amanklychev ( Annakurban Amanklytchev ), Sapardurdy Khajiev

Disponible en :

English Français
(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières dénonce fermement les sentences prononcées par un tribunal d'Achkhabad, le 25 août 2006, à l'encontre des trois journalistes et militants des droits de l'homme, Annakurban Amanklytchev, Ogoulsapar Mouradova et Sapardurdy Khajiev.

"Nous sommes profondément scandalisés par la décision du tribunal qui vient de condamner Annakurban Amanklytchev et Sapardurdy Khajiev à sept ans de prison, et Ogoulsapar Mouradova, à six ans de prison. Ce verdict est absurde, inique et honteux. Toute cette affaire a été orchestrée par le chef de l'Etat lui-même. L'instruction s'est déroulée dans le plus grand secret, tout comme le procès, expédié en deux heures, à huis clos, sans aucun observateur indépendant", à déclaré Reporters sans frontières.

"Le président Separmourad Nyazov décide lui-même des peines de prison à appliquer. Il contrôle d'une main de fer son pays. La liberté de la presse est inexistante. Seuls quelques pays dans le monde se comportent de manière aussi brutale", a ajouté l'organisation.

A dix heures du matin, heure locale, Annakurban Amanklytchev, Ogoulsapar Mouradova et Sapardurdy Khajiev ont comparu devant la cour pénal d'Achkhabad. Accusés de "possession illégale de munitions", en vertu de l'article 287 (2), les trois journalistes et militants des droits de l'homme ont été déclarés coupables, et condamnés à six et sept ans de prison. Les trois accusés ont décidé de faire appel et nient catégoriquement les faits qui leur sont reprochés.

Annakurban Amanklytchev, collaborateur de la société de production française Galaxie-Presse, Ogoulsapar Mouradova, correspondante de la station Radio Free Europe/Radio Liberty au Turkménistan, et Sapardurdy Khajiev ont été arrêtés entre le 16 et le 18 juin 2006. Ils sont tous les trois militants de la Fédération internationale d'Helsinki pour les droits de l'homme.

Separmourad Nyazov, surnommé le "Turkmenbachi" (père des Turkmènes), fait partie de la liste des 34 prédateurs de la liberté de la presse établie par Reporters sans Frontières.

Le Turkménistan, situé à la 165e place, est le troisième pays le moins respectueux de la liberté de la presse dans le monde, selon le classement mondial établi par Reporters sans frontières en 2005. Seules la Corée du Nord et l'Erythrée font pire.



Source

Reporters sans frontières
47, rue Vivienne
75002 Paris
France
rsf (@) rsf.org
Fax:+33 1 45 23 11 51
Turkménistan
 
Plus d'informations : Turkménistan
  • Ennemis d'Internet 2014: Turkménistan

  • Classement mondial de la liberté de la presse 2014: Turkménistan

  • Prédateurs de la liberté de l'information: Turkménistan