8 février 2000

UNE SECTION LOCALE DU MISA EST MENACÉE


Le ministre zambien de l’Information et des services de radiodiffusion, Newstead Zimba, a menacé le 2 février de prendre des mesures “draconiennes” contre la section zambienne de l’Institut des médias d’Afrique australe (MISA), l’Association des médias indépendants de Zambie (ZIMA) et le Réseau interafricain pour les droits de la personne et le développement (AFRONET). Zimba accuse ces organisations d’être des “agents à la solde de commanditaires étrangers”, et affirme que la ZIMA et AFRONET ont “trahi” la nation et le gouvernement. L’attaque répond à une allégation de ces organisations, selon qui le “ministère [de Zimba] a influencé la décision de ‘Radio Phoenix’ d’annuler sa tribune téléphonique ‘Laissons parler les gens’, qui portait sur la une grève et le congédiement subséquent de médecins stagiaires à Lusaka et à Kitwe”. L’intervention de la ZIMA et d’AFRONET, précise le MISA, a ramené l’émission.

D’après l’Association des médias indépendants de Zambie (ZIMA), cette attaque constitue une “menace véritable pour la société civile et pour l’épanouissement de la démocratie en Zambie”. Quelques jours à peine avant l’attaque, AFRONET et une autre organisation de défense des droits de la personne, l’Équipe indépendante de surveillance des médias (ZIMT), avaient été accusées par un autre membre du Mouvement pour la démocratie multipartite (MMD), le parti au pouvoir, d’être “téméraires et irresponsables”. Le 31 janvier, le président MMD du Comité sur l’information et la publicité, Vernon Mwaanga, a menacé de “retirer l’accréditation” d’AFRONET et de la ZIMT s’ils persistent dans leur “comportement irresponsable”.




Zambie
 
Plus d'informations : Zambie